Histoire de la Science-Fiction

de Xavier Dollo et Djibril Morissette-Phan

Livre 147 (BD et Science-fiction) : Histoire de la science-fiction de Xavier Dollo et Djibril Morissette-Phan aux éditions Les Humanoïdes Associés / Critic (216 pages) (2020) 🇫🇷 🇨🇦 Lecture de décembre 2020

***

Résumé de 4e de couverture :

« Tout ce que vous avez toujours voulu savoir sur la science-fiction !

Découvrez la première bande dessinée documentaire retraçant l’histoire de la science-fiction, narrée par un spécialiste du genre.

Plus qu’un simple historique, il s’agit d’une véritable réflexion autour du genre, un panorama riche en anecdotes et en surprises. Qui a écrit le premier récit de science-fiction ? Comment est née la science-fiction américaine ? Quels livres faut-il lire pour tout savoir sur la conquête spatiale ? Les androïdes rêvent-ils de moutons électriques ? »

***

Mon avis :

En tant que novice en SF, ma chronique ne sera sans doute pas la plus pertinente. À l’exception de rares titres mentionnés dans l’ouvrage (René Barjavel, La nuit des temps ; George Orwell, 1984), je n’ai quasiment jamais lu de science-fiction. Ce n’est donc pas moi qui pourrai vous parler des clins d’œil et des références disséminés dans toute l’œuvre. Ce n’est pas moi non plus qui pourrai juger le fond de l’ouvrage. Pour cela, je vous conseille d’aller consulter d’autres chroniques de passionnés de SF plus complètes que ne sera la mienne.

Néanmoins, en tant que lectrice, je peux donner un avis global sur la qualité du livre qui est indéniable à mes yeux. Que ce soit la mise en dessin ou l’érudition du texte, tout dans ce livre reflète le travail titanesque réalisé par Xavier Dollo et Djibril Morissette-Phan. On comprend pourquoi cela leur a pris quelques années pour le réaliser.

Et ça en valait le coup. Quel résultat ! Le travail de l’un et de l’autre s’entremêle à merveille, tissant une toile cohérente de l’histoire de la science-fiction dans la littérature. Sous la forme d’une BD, le discours s’apparente plus à celui d’une encyclopédie par son propos savant, loin d’être indigeste avec ce format inventif, pédagogique, parfois drôle, ludique, et très bien mis en scène. Sans prétendre à une exhaustivité impossible avec un genre aussi vaste et riche que la science-fiction, Xavier Dollo tend pourtant à s’en approcher en proposant un large panorama du genre au-delà des frontières spatiales. De quoi compléter les piles à lire et les connaissances des passionnés de SF et offrir des pistes de lectures et une culture générale aux novices du genre comme moi !

À titre personnel, je voudrais remercier Xavier Dollo, grâce à qui j’ai commencé à apprécié véritablement la SF et à m’y intéresser. J’ai encore en tête son roman de Planet Opera Sous l’ombre des étoiles, publié sous le pseudo Thomas Geha, que je recommande vivement. Grâce à l’Histoire de la science-fiction, plusieurs titres ont rejoint ma wish list, et je me sens moins inculte. Encore cette semaine, les éditions Mnémos parlaient de Robert A. Heinlein dans un article. J’étais tout fière de savoir qui c’était, alors qu’avant mon visage aurait pris un air abruti en mode : « Quésako ? O_o »

Bref, L’Histoire de la science-fiction en BD est un livre à garder précieusement dans sa bibliothèque, à lire et à relire, à compulser de temps à autre pour épaissir sa wish list et sa pile à lire de nouveaux titres. Avouez en plus que la couverture claque !

Ma note : Un 20/20 bien mérité !

Les + :

La qualité des textes et dessins dans un équilibre parfait : Comme je le soulignais en introduction, c’est surtout la qualité du livre qui en fait un ouvrage de référence à garder dans sa bibliothèque. On sent que Xavier Dollo a un important bagage scientifique dans le domaine, et surtout qu’il s’est beaucoup documenté pour offrir un contenu aussi riche. Quant au travail d’illustration de Djibril Morissette-Phan, j’ai été émerveillée par les nuances de couleurs utilisées, parfois très vives, et le renouvellement de son style au fil du contenu. On sent aussi derrière tout le travail collaboratif réalisé entre les deux auteurs. Mission réussie, puisque les textes et les dessins se fondent dans un ensemble parfaitement équilibré.

La mise en scène avec des références, clins d’œil et anachronismes bienvenus : Comme je le disais en introduction, je ne suis pas la mieux placée pour repérer tous les clins d’œil à des univers, mais j’ai pu en repérer quelques-uns. J’ai trouvé que la mise en scène était judicieusement réalisée. Tantôt les auteurs cités parlent et expliquent leurs œuvres, tantôt ce sont des personnages de leurs créations (comme les robots d’Asimov). Et quand ils sont amenés à voyager dans le temps, d’autres créations sont utilisées pour les transporter (j’ai bien aimé l’utilisation du tardis). Ces clins d’œil se mêlent aux anachronismes puisque les personnages utilisent des technologies différentes de leurs époques respectives pour interagir, voyager et expliquer leur rôle dans la grande toile de la science-fiction. J’ai beaucoup aimé, personnellement, la décapitation de Thomas More en 1535… à la guillotine. C’est comme si elle s’était déplacée dans le temps avec 250 ans d’avance, à la manière d’un tardis. Bref, une mise en scène originale qui rompt toute monotonie avec un renouvellement à chaque planche, des références et clins d’œil nombreux qui raviront les passionnés de SF.

La richesse et la diversité du sujet traité : J’ai beaucoup aimé la richesse et la diversité du livre dans son approche de la science-fiction. Les prémices du genre sont abordées dans une première partie allant de l’Antiquité au XIXe siècle. Un prélude intéressant qui est rarement évoqué et qui permet de montrer que la science-fiction n’est pas si récente qu’elle n’y paraît. Le reste de l’ouvrage se découpe par périodes phares et selon un cadre spatial défini. Le plus gros de la BD concerne l’histoire de la science-fiction américaine et anglo-saxonne, deux aires géographiques assez prolifiques dans la production littéraire du genre. Le reste de l’œuvre s’attarde sur la science-fiction française, avec un focus à la fin sur les autres aires géographiques non étudiées. Un moyen de dévier le regard vers d’autres productions parfois moins connues, même si certains comme Liu Cixin ont dépassé les frontières depuis longtemps. Enfin, je voulais souligner aussi la mise en valeur des femmes dans la littérature de science-fiction. En effet, dès le début, Xavier Dollo leur laisse la parole et une belle place dans son propos. Tout un chapitre est d’ailleurs consacré aux femmes dans la SF américaine, et elles apparaissent dans toutes les aires géographiques comme ayant eu un rôle majeur dans le genre. Une diversité appréciée et essentielle pour balayer les vieux préjugés comme quoi la SF est surtout l’apanage des hommes (si, si, on l’entend toujours !).

L’aspect pédagogique : Autre qualité dans ce livre, c’est l’aspect pédagogique qui en découle. Avec un sommaire détaillé à la fin de l’ouvrage, le lecteur peut flâner à son rythme, en se laissant guider par un fil directeur pertinent qui ne le perdra jamais. Il peut s’y référer de temps à autre et savourer pleinement quelques pages ou un chapitre entier. Personnellement, je lisais en suivant souvent le découpage du sommaire. Je lisais peu à chaque fois pour bien savourer la lecture, puisqu’il me fallait une plus grande concentration pour assimiler les nouvelles connaissances et surtout pour pouvoir tout regarder (les illustrations sont parfois très riches en détails). Tout au long de la BD, les auteurs prennent la main du lecteur pour ne plus la lâcher avant la fin. Une démarche que j’ai beaucoup apprécié, en tant que novice en SF.

Les références et pistes pour aller plus loin : Participant à l’aspect pédagogique, les auteurs offrent des références et des pistes très intéressantes pour aller plus loin et explorer davantage les vastes couloirs de la SF. Ainsi, le lecteur pourra dénicher au fil de sa lecture des conseils de livres à lire sur tel ou tel auteur. Il pourra avoir un panel de choix pour explorer la SF différemment avec d’autres supports que le roman, ou pour faire découvrir le genre aux plus jeunes. Ex : Films, séries TV, émissions podcasts, revues, BD, mangas, livres pour enfants. Une mine d’or pour les novices et les amateurs de SF qui pourront trouver quelques références supplémentaires pour compléter leurs connaissances du genre.

Les – :

En vérité, je n’ai rien à dire. Pour moi, ce livre est vraiment très bien conçu. Je ne vois pas ce qui aurait pu être rajouté. Peut-être un petit focus sur les auteurs ou œuvres de SF en Océanie, seul continent non abordé à la fin du livre. J’avoue que je suis allée jeter un coup d’œil en ligne après ma lecture.

***

Bilan :

Une BD astucieusement mise en illustration par Djibril Morissette-Phan, avec des planches de toute beauté ! En parallèle, Xavier Dollo offre ici un travail remarquable, très documenté et sérieux. Il dresse un tableau très large de la SF de ses origines à aujourd’hui. Plus centrée sur la SF étatsunienne, anglo-saxonne et française, la BD offre aussi des pistes sur la SF d’ailleurs. Une mine d’informations pour les amateurs et les novices de SF ! À lire, à relire et à faire découvrir !

9 commentaires

    • Tu verras, il est vraiment top ! 🙂 Tu me diras quand tu le liras qui sont tes chouchous du coup 😉 ça m’intéresse de découvrir la SF (je découvre seulement)

      J'aime

      • Eh bien je l’ai lue ! 🙂
        Je suis content d’avoir retrouvé Asimov surtout, c’est mon chouchou parmi les chouchous !
        Elle est très foisonnante cette BD, c’est le cas de le dire, mais j’ai bien aimé les listes d’œuvres proposées. Autant les auteurs de l’âge d’or et après ne me sont pas trop inconnus, autant le tout début du XXème siècle je n’y connais absolument rien XD Vraiment un must-have cette BD, merci de me l’avoir faite découvrir 🙂

        Aimé par 1 personne

      • Je suis très heureuse de voir que tu l’as apprécié 🙂 J’avais hâte de connaître ton avis, vu qu’en plus tu es un passionné de SF. J’avais trouvé son propos très bien construit à la lecture de la BD. C’est chouette que tu aies retrouvé des auteurs que tu adores et que tu aies découvert d’autres aspects de la SF. C’est ça qui est précieux avec ce type d’ouvrage. On apprend forcément quelque chose. Tu n’as pas à me remercier. Xavier Dollo est un de mes auteurs préférés. On le connaît plus sous son pseudo, Thomas Geha. Je le conseille volontiers. Pour moi, il mériterait d’être plus connu et lu 🙂

        J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s